Fanficspokemon

2 avril 2014

La rencontre.

Classé sous Non classé — fanficspokemon @ 22 h 37 min

[Cette fic n’a rien à voir avec la précédente !

Selon le jeu-vidéo HeartGold & SoulSilver, avec une autre suite… C’est difficile à expliquer, alors lisez, et vous comprendrez.]

Célesta et Luth se connaissaient depuis qu’ils sont tout petits. Si l’un d’entre eux rigolait, l’autre le mimerait. Si l’un d’entre pleurait, l’autre pleurerait aussi. Parfois, les gens peu crédule les considérait comme « en couple ». Sur ces paroles, ils répliquaient tout le temps « on est juste des supers potes ! ». Avec le visage rouge de honte. Mais ils passaient toujours au dessus de ce genre de remarques.

Malgré le caractère lunatique de Célesta et le fait que Luth était très têtu, les gens les adoraient tels qu’ils étaient. Mais… C’est depuis ce jour que Célesta changea, et abandonna son ami d’enfance.

On m’a raconté cette histoire, alors que j’étais de passage à Bourg Geon, mais je ne suis en aucun cas impliqué(e) dedans. Vous n’avez pas non plus besoin de savoir mon prénom. Bref, laissez-moi vous conter ce récit.

Vous le savez comme moi, à leur 10 ans, Luth et Célesta choisirent leur premier Pokémon dans le laboratoire du Professeur Orme. Et, ça vous le savez aussi, le dernier Pokémon qui ne fut pas choisi a été volé par un gamin mystérieux. Un enfant de 10 également, qui va faire, un jour, la rencontre de Célesta.

Les années s’écoulèrent. Célesta et Luth avaient désormais 15 ans. Ils voulurent partir plus tard que les autres enfants, qui eux, s’en allaient à 10 ans. La jeune brunette, après avoir dit au revoir à sa mère, se dirigeait d’un pas vif vers Ville Griotte. C’est peu avant d’arriver dans le petit village qu’elle bouscula, sans faire attention, un jeune garçon aux cheveux rouges. Elle bredouilla des excuses banales.

« Oh, D… Désolée, je ne regardais pas où j’allais.

-…Pff. C’est rien, souffla-t-il.

-Dis-moi… On ne se serait pas déjà vu quelque part ?

-Je ne crois pas.

-Tu ne serais pas… Le fils de Giovanni ? »

Le garçon à la chevelure de feu recula d’un pas, l’air inquiet, et répondit :

« Comment le sais-tu ?

-Je l’ai entendu par une connaissance, puis… De visage, tu lui ressembles beaucoup. Tu es Silver, c’est bien ça ?

-…Oui. Et toi, tu es ?

-Célesta, je viens de Bourg Geon, enchantée, fit-elle en lui tendant la main.

-…Ok. À bientôt. »

Et il reprit sa route dans le sens inverse sans saluer Célesta. La jeune fille était intriguée par sa nouvelle rencontre, et le jeune garçon ne fit que hanter ses pensées toute la journée. Il était un peu distant, mais c’est ce qu’elle trouvait le plus attirant chez lui. Elle se demanda, en le regardant, partir, pourquoi elle se sentait rouge sur le visage.

Le soir, elle s’arrêta au centre Pokémon, confia son Kaiminus à l’infirmière Joëlle et alla s’asseoir sur une banquette, non loin de la machine de soins. Elle observait les gens passer par-ci, par-là, rentrer et sortir, puis re-rentrer de nouveau. Célesta sorti son Pokématos rouge rayé de gris de son sac en bandoulière, et constata qu’il commençait à se faire tard. Il était pas loin de 21 heures, et elle commençait à bailler à s’en décrocher la mâchoire. Elle demanda à la belle infirmière aux cheveux roses si le Centre Pokémon accueillait des gens ce soir-là.

« Désolée, nous sommes complets, Mademoiselle. Ces temps-ci, Ville Griotte accueille beaucoup de touristes de différentes régions.

-Bah, ça ne fait rien. Merci quand même ! »

Et elle se dirigea vers la sortie, en priant pour trouver un coin dehors, à l’abri du vent et des Pokémon sauvages.

« Attends » lui fit un peu sèchement une voix familière.

Elle se retourna, et vit à son grand étonnement que Silver se tenait là, adossé à mur, les bras croisés, avec un petit Pokémon Feu à ses côtés.

« Silver ?

-J’ai déjà réservé une chambre ici. Tu peux venir, si tu veux.

-C’est vrai ? Merci !

-…M’ouais. »

Il s’en alla dans les couloirs du Centre Pokémon d’une démarche nonchalante, sans attendre Célesta, qui le rattrapa en courant derrière lui, son Kaiminus sur les talons.

Ils arrivèrent dans une chambre très simple, avec une salle de bain juste à côté. Silver rappela son Héricendre, enleva sa veste et la posa sur une chaise, posée par-là.

Célesta entra à son tour, et observa Silver d’un air pensif. Il était tellement mystérieux… Celui-ci se retourna, et remarqua qu’elle le regardait avec insistance. Il avait des prunelles bleus foncées, avec un éclair doré qui la traversait quand il s’énervait.

« Qu’est-ce que t’as, à la fin ? Arrête de me fixer ! »

Célesta sourit niaisement et rigola.

« Tu es si… étrange !

-… Toi aussi, tu es bizarre.

-Comme ça, on fait la paire ! »

Célesta rigola une nouvelle fois, puis se rendit dans la salle de bain pour se coiffer, comme d’habitude.

Elle revint, ses cheveux bruns un peu en bataille, mais néanmoins, elle était très jolie sans ses couettes habituelles.

Il la regarda et arqua un sourcil, l’air un peu perdu. Ils se couchèrent finalement, dos contre dos, comme des enfants qui venaient de se chamailler. Silver ne put retenir un sourire, tant Célesta l’amusait par son attitude. Quand ils se cognaient sans le vouloir, le pouls du rouquin s’accélérait en une fraction de seconde.

« Bordel, qu’est-ce que j’ai ? » Se dit-il.

Le lendemain matin, Célesta se réveilla doucement, s’étira et bailla à s’en décrocher la mâchoire. Elle jeta un coup d’œil sur la partie du lit d’à côté où avait dormi Silver, et remarqua qu’il était déjà fait, et entendit du bruit dans la salle de bain. Il s’était levé plus tôt qu’elle, et était quasiment prêt. Elle se hâta de se rhabiller, et rattacha ses cheveux en ses couettes classiques qui pointaient vers le haut. Il sorti à ce moment-là.

« Silver ?

-Quoi ?

-Merci pour m’avoir fait dormir ici… Je ne sais pas où j’aurais passé la nuit, sans toi…

-…De rien. À bientôt, alors.

-Attends ! Je peux… Faire un bout de chemin avec toi ? J’aime bien avoir de la compagnie, ça me rassure.

-…Si tu veux » soupira-t-il, les yeux fermés, avant de s’en aller de la chambre et aller confier les clés à l’infirmière Joëlle.

Ils sortirent donc du Centre Pokémon, Silver devant, et Célesta derrière, perdue dans son esprit. Elle pensait bien entendu à son nouveau compagnon de route. Elle le trouvait plutôt mystérieux, assez sympa, même s’il restait distant.

Ils quittèrent Ville Griotte pour rejoindre Mauville, que je surnommais autrefois « Le Lavanville de Johto ». Mais tout ceci n’est pas intéressant, et surtout très long.

En marchant sur la route menant à la modeste ville, Célesta eu une surprise de taille : Luth était là, continuant lui aussi son chemin. Il la vit en premier.

« Hé, Célesta !

-Luth ! »

Il couru en sa direction sans faire attention à Silver, qui le dévisageait d’un air mauvais.

« Tu vas bien ? demanda-t-il à son amie.

-Très bien, et toi ?

-Oui ! Et toi… Comment t’appelles-tu ?

-…Silver.

-…Silver ? Je vois. Ah, Célesta, je pourrais te parler une seconde ? »

Et sans avoir de réponse de sa part, il la prit par le bras et l’entraîna un peu plus loin, derrière un arbre. Il commença à la réprimander.

« Bon sang, Célesta, tu es folle ? Tu sais qui c’est ce type, au moins ?

-Oui, je suis au courant, qu’y a-t-il ?

-C’est le fils de Giovanni !

-Et alors ?

-Comment ça, et alors ? Il peut te faire du mal, et ça, je ne le supporterai pas !

-Non, il n’est pas du tout pareil ! Je ne le connais que depuis peu de temps, mais je sais qu’il n’est pas aussi méchant que son père, bien au contraire ! C’est un garçon très gentil, je t’interdit de le juger parce qu’il vient d’une famille précise ! »

Luth ne répondit pas, et son regard, qui était fixé au sol, honteux, se posa finalement derrière Célesta. Celle-ci se retourna, et aperçu Silver, l’air un peu étonné, et la bouche entrouverte, et les yeux écarquillés. Il n’en revenait pas qu’on ai dit autant de choses sympathiques sur lui. Il s’approcha, et mit sa main sur l’épaule de la jeune fille.

« Silver, je…

-Merci, la coupa-t-il. Merci de ne pas me juger au premier coup d’œil… Célesta. »

Luth s’en alla vers Mauville, penaud, et confus d’avoir dit autant de conneries en une phrase sur Silver. Il avançait, la tête basse, en butant dans de petits cailloux trop imprudents.

« De rien, répondit Célesta en fixant le rouquin de ses prunelles marrons, j’aime pas qu’on porte des préjugés sur les gens, surtout que tu es vraiment sympa… »

Chose incroyable pour Célesta, le rouquin lui sourit, un sourire franc, et la prit dans ses bras. Il était beaucoup plus grand que son amie, au moins une tête de plus, peut-être. Le cœur de la jeune fille s’accéléra, et commença à avoir quelques doutes sur l’amitié qu’elle portait à Luth après toutes ces années passées en sa compagnie. Silver la lâcha finalement, et s’empourpra. Il tourna la tête et se masqua le visage sous sa chevelure pour ne pas que Célesta le voit, et dit :

« Bon, si… On se remettait en route… On a encore du chemin à faire.

-…Ok ! »

Silver cette fois, marchait derrière la brunette, en traînant les pieds. Et ce, sur plusieurs mètres. D’habitude, il était plutôt du genre à être devant, et à presser le pas, comme quoi « il n’y avait pas de temps à perdre ». Célesta remarqua que quelque chose n’allait pas, et en profita lorsque le jeune homme s’arrêta pour lui demander ce qui le tracassait.

« Silver… Qu’est-ce qu’il y a ?

-Rien. »

Silver était assis, adossé à un arbre. Célesta s’approcha et s’assit en tailleur, juste en face de lui.

« Menteur ! Quelque chose cloche, ça se voit. »

Il soupira en fermant les yeux. Il fixa la jeune brunette, puis répondit :

« …Ton ami, Luth. Il ne m’inspire pas confiance…

-Ne t’inquiète pas ! Il t’a blessé en parlant de toi et ton père, je le sais, mais il n’est pas méchant, juste un peu… Bourrin ! Je le connais depuis longtemps, je le saurais si quelque chose n’allait pas chez lui. Puis… »

Silver l’interrompit et lui mettant délicatement la main sur la bouche. Célesta écarquilla les yeux en sursautant, et poussa un léger cri d’étonnement.

« Même. Je… Je ne veux pas qu’il te fasse du mal. »

Il se rapprocha de Célesta, retira sa main et posa ses lèvres sur les siennes. La jeune fille senti son cœur s’accélérer une nouvelle fois. Elle mit ses bras autour des épaules de Silver, et celui-ci mit ses mains autour de ses hanches.

Luth les observait, dissimulé derrière un buisson. Lui aussi, était dingue de Célesta, mais il était bien plus timide, et ne lui a jamais avoué. Il a perdu une occasion d’être heureux, dommage pour lui.

 

C’est tout ce que l’on m’a raconté. Mais il paraît qu’après, Célesta n’a plus reparlé à son ami d’enfance et a continué son voyage en compagnie de Silver, à travers les Arènes des régions de Johto et de Kanto. D’ailleurs, savez-vous qui m’a conté cette histoire ?

Luth en personne.

1 avril 2014

L’histoire de Silver.

Classé sous Non classé — fanficspokemon @ 21 h 10 min

Vous vous demandez sans doute quel est ma véritable histoire. La majorité d’entre vous ne voit qu’en moi le rival super lourd de Luth et Célesta, mais également le fils de Giovanni. Laissez-moi vous raconter mon passé, le VRAI.

Je suis né à Jadielle le 20 Août 1980. C’est mon père, Giovanni qui m’a élevé. Oui, je parle bien du Giovanni de la Team Rocket, le réseau remplie de sbires inutiles mais bien sympathiques en dehors de leurs fonctions. Ma mère, elle, est morte durant mon accouchement. D’un côté, je me sens responsable de son décès, mais je n’y peux rien. Je n’ai jamais eu de frère ou de sœurs, mon père ne tenait pas à se remarier, après ce qu’il s’est passé. Je ne suis pas sûr qu’il m’aime vraiment, et qu’il me considère plutôt comme un boulet, au lieu de son fils.

À mes 5 ans, nous déménageâmes à Bourg Geon, non loin du laboratoire du Professeur Orme. J’adorais ce petit village, bien qu’aucun enfant de mon âge ne veuille m’approcher. En même temps, quand on est le fils d’un terroriste, c’est normal. La seule personne qui ai daigné m’accorder de l’importance… C’était Célesta.

Je pense qu’elle avait plus de pitié à mon égard, au début de notre rencontre. Mais, plus les jours se succédèrent, plus je m’attachais à elle, et à son ami, Luth. Ils étaient vraiment compatissants envers moi. La méchanceté des autres enfants me blessait, autant physiquement que moralement . Ils se moquaient sans arrêt de moi, et à la sortie de l’école, ils me jetaient des pierres et des tas d’autres ordures à la figure. J’en avais assez. Mon père, quant à lui, était rarement à la maison, il pensait plus à sa Team Rocket à la con plutôt qu’à son propre fils qui rentrait couvert de bleus et d’égratignures. Quand il était là, soit il se reposait, soit il ruminait son échec face à ses ennemis qui envahissait son Q.G. et investissait son temps libre dans de divers plans d’infiltration de différents endroits, pour agrandir son réseau.

Du coup, je restait dehors, pour jouer dans la forêt qui bordait Bourg Geon, avec Luth et Célesta. Je ne cesse jamais de penser à eux, en ce moment-même. Ils ont été un tournant important de mon enfance, et de mon adolescence. Surtout Célesta… Je l’aimais de tout mon cœur. Bien sûr, il m’arrivait d’être un peu jaloux de Luth, ils se connaissaient depuis plus longtemps, et la façon dont il la regardait parfois ne me convenait pas du tout. Mais bon… Comme toujours, je passais outre.

À nos 10 ans, Luth et Célesta reçevèrent leur premier Pokémon : Célesta eu un Kaiminus, tandis que Luth avait choisi un Germinion. Il restait donc un Héricendre. Un de mes Pokémon préféré… Mais le Professeur Orme ne voulu pas m’en donner un, car j’étais le fils de Giovanni, et il se disait que moi aussi, j’allais m’en servir à des fins criminelles. J’avais beau lui répéter que je n’étais pas un monstre comme mon père, il ne voulait pas m’écouter.

Alors, un jour, lorsque le Professeur fut obligé de laisser son laboratoire sans surveillance, j’ai fait quelque chose d’absolument dégueulasse. Je suis entré par une des fenêtres ouvertes, et j’ai volé le dernier Pokémon restant qui était resté sur un table posée en évidence dans un des pièces. Je suis ressorti et ai soigneusement refermé derrière moi, du mieux que je pus.

Je couru chez moi, m’enferma à double tour pour être sûr qu’on ne vienne pas me parler, et m’adossa à la porte, essoufflé. Je pris la Pokéball, et en fit sortir le petit Pokémon. Il avait une mine adorable, avec ses yeux mi-clos, et ses pattes minuscules. Il me salua de sa voix un peu tremblante en secouant doucement la tête. Shunsuke… Je vais t’appeler Shunsuke, c’est décidé.

Le lendemain, Luth et Célesta vinrent me voir chez moi. Mon père étant toujours absent, je les fit entrer chez moi. Ils étaient suivis de leurs Pokémon qui gambadaient joyeusement à leurs côtés et se chamaillaient. Ils furent encore plus heureux lorsqu’ils virent Shunsuke. Mes deux amis furent surpris de me voir finalement  accompagné d’un Pokémon. Ne sachant quoi inventer comme mensonge, je dû leur dire que le Professeur Orme avait finalement bien voulu m’en donner un. Ils furent encore plus perplexe, mais oublièrent vite ceci. Et tant mieux.

Quelques jours passèrent, et nous partîmes finalement de Bourg Geon pour devenir dresseurs de Pokémon. Oui, 10 ans c’est tôt, mais mon père semblait s’en foutre totalement lorsque je lui ai dit. Pour lui, c’est juste une bouchée de moins à nourrir.

Avant de quitter définitivement le nid familial, Célesta m’adressa un « Au Revoir » des plus banales, et m’enserra contre elle. J’aurais tout donné pour que cet instant dure éternellement. Luth me serra la main, et ils partirent dans des directions différentes.

Depuis, je les revoie de temps en temps, à Doublonville, Irisia ou Oliville mais je n’ose pas leur parler. De peur de me faire rejeter peut-être, maintenant qu’ils sont partis seuls.

Alors, maintenant que vous connaissez ma véritable histoire, ne venez pas me dire que je suis quelqu’un sans cœur, qui martyrise les Pokémon, et qui est prêt à refonder la Team Rocket pour dominer la région de Johto. Je serais prêt à la détruire à la moindre occasion, si celle-ci se présentait un jour. Tous ce que les jeux vidéos vous ont dit sur moi, du moins mon caractèrec’est des conneries. La seule personne que j’ai menacée de mort…

N’étais pas un humain.

 

« Tu as tué mon père, Mewtwo… Tu me le payeras !

-Il m’a créé dans l’unique but de conquérir le monde. En pensant que je n’avais pas le moindre sentiment. Tu ne penses pas que le tuer était la meilleure des solutions ? Il fallait le laisser continuer ? Non, tu le sais aussi bien que moi.

-TA GUEULE, TU A TUÉ LA SEULE PERSONNE QUI REPRÉSENTAIT  MA FAMILLE ! SALE MONSTRE !

-… »

Les deux opposants se regardaient droit dans les yeux, jusqu’à ce que l’un se soumette à l’autre. Silver ne put rester, et s’enfuit vers Mauville en courant, les larmes lui coulant sur les joues, et ses cheveux rouges s’envolant au rythme de sa course effrénée. Mewtwo le suivait du regard, serein, malgré cette discussion peu banale.

Giovanni pensait avoir le dessus sur le monstre le plus puissant au monde, et ainsi, son orgueil prit le dessus, le poussant à se battre contre sa création démoniaque.

Silver le savait. Il n’avait aucune chance.

Et pourtant…

Gigapix |
Melo02 |
Clbrits77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Himiche1
| Jailesidaetalors
| Googleposition