Fanficspokemon

9 mars 2014

Adieu.

Classé sous Non classé — fanficspokemon @ 22 h 47 min

« Je marche. Marche encore et encore, sans m’arrêter. Je marche dans le sable, dans la terre, dans l’herbe, et à nouveau dans du sable granuleux. Je me contente d’avancer. Il n’y a aucun but derrière cela, j’ai juste envie de marcher. C’est du moins ce que j’ai dis à mon oncle pour qu’il me laisse tranquille. Il n’a pas voulu s’occuper de moi étant petite, qu’il crève. Mon Voltali marche aussi à mes côtés, toujours fidèle.

Ah, Voltali, qu’aurai-je fais toutes ces années sans ta présence… La connerie que je m’apprête à faire aujourd’hui, peut-être. Mais je veux l’accomplir avec toi. Tu es né Evoli, tu mourras Voltali. Je suis née petite fille sage, je mourrais toujours aussi sage, mais à tes côtés.

Si nous allions au Mont Argenté ? Il n’y a pas grand monde, nous pourrons discuter tranquillement, mon cher Voltali. Suis-moi, et désolée si je presse le pas.

Nous voila arrivés au sommet. Assieds-toi près de moi, s’il te plaît. J’ai à te parler. Et toi aussi, je suppose.

Depuis des années tu t’es occupé de moi et ma sœur, Marie. Je t’en suis d’une infinie reconnaissance. Malgré ton jeune âge, tu as su nous protéger de tout, depuis la mort de nos parents… Tu as été comme un frère protecteur pour moi. Je te le dois en accomplissant ton souhait le plus cher. D’ailleurs, qu’est-ce ? Tu ne m’en a jamais parlé. Oh oui, avant, dis ce qui te tracasse, nous en viendrons après.

Tu as peur des humains, à par moi, dis-tu ? Mh, oui, c’est compréhensible. Mais, et Marie, alors ? Oh, tu trouves qu’elle a changée… Tu as tout à fait raison. Elle ne tes même pas reconnaissante d’avoir sacrifié une grande partie de ta vie pour elle. Et voila comment elle te remercie… en allant s’installer le plus loin possible de nous, et en se mariant à cet abruti. Léonard, je crois… Ce type plein aux as qui croit être d’une importance particulière… Que dalle.

Oh non, Voltali, ne pleure pas, je t’en prie. Moi, je serai toujours là pour toi, comme tu étais aussi présent pour nous. Contre le froid, la faim, la fatigue et les Pokémon sauvages. Jamais tu ne nous a laissé tomber. Si seulement Marie étais aussi reconnaissante que moi. Hélas, il n’en est rien…

Mais, vois la vie du bon côté, nous avons de quoi vivre, tu ne trouves pas ? Ce n’étais certainement pas l’ancienne maison en ruines qui nous aurait suffit pour vivre. Maintenant, fais-moi partager ton souhait. Quel qu’il soit, je ferai en sorte que tu sois satisfait. Je t’en fais la promesse.

Mh… D’accord. Je vois. Si tu y tiens… Je l’exécuterai avec toi. Nous mourrons… Ensembles. »

Sur ces derniers mots,je pris une feuille de papier qui était dans la poche de ma veste, et la serra de toutes mes forces dans mon poing. Voltali me lécha le dos de la main, et nous nous jetâmes dans le ravin. la chute dura plusieurs secondes, et finalement… Nous tombâmes sur des rochers pointus qui nous avaient transpercés de toutes parts. De mon côté, un dans la main, un dans l’épaule, et un en plein dans l’abdomen. Voltali en avait reçu dans une des deux pattes avant, et dans le cou. Je comprends maintenant pourquoi on appelait ce ravin « La vallée de la mort ».

Je jetais une dernière fois un regard sur la dépouille de mon compagnon, et ferma les yeux pour toujours.

La seule chose qui m’ai traversé l’esprit avant de tomber dans un coma prolongé ? « Adieu, Voltali et Marie ».

 

Quelques jours après l’incident, la police de Hoenn vint toquer à la porte de Marie. deux hommes, l’un d’une vingtaine d’années, l’autre d’une quarantaine se tenaient devant la jeune femme rousse.

« Bonjour Madame. Nous avons une mauvais nouvelle à vous annoncer.

-Que se passe-t-il, il y a un problème ?

-Nous avons retrouvé votre sœur, Lucie… Elle… Elle s’est suicidée en se jetant du haut du Mont Argenté, dans « La Vallée De La Mort », avec son Voltali. Rassurez-vous, elle avait laissé ses Pokémon à votre oncle. Mes condoléances… Ah, et nous avons également retrouvé ceci dans sa main… »

Marie prit le petit papier tacheté de sang, et le lu. C’était marqué : « Même si tu en doutes, Voltali et moi tenons à toi, petite sœur. Nous t’aimons. » Le policier et son collègue s’en allèrent, les larmes aux yeux, attristés de devoir annoncer une telle nouvelle.

« Tss. De toute façon, je savais bien que Lucie était dérangée, siffla Léonard derrière sa fiancée.

-Ferme-là, Léonard, ferme-là ! Tu ne connaissais rien d’elle ! Alors ne l’insultes pas ou tu auras affaire à moi ! »

Une fois ces paroles criées à la figure de son conjoint, Marie sortie Roucarnage de sa Pokéball, laissa ses autres Pokémon chez elle, et monta sur le dos du magnifique volatile, en lui ordonnant de se rendre au sommet du Mont Argenté.

Quelques heures plus tard, quand ils furent arrivés, Marie ordonna à son Pokémon de retourner chez elle. Celui-ci accepta à conter-cœur, au courant de ce qu’elle comptait faire. Il étendit gracieusement ses ailes dans l’air et retourna à Hoenn, chez eux.

« Voltali, Lucie… Désolée. Adieu, Roucarnage, Pharamp, Dracolosse…

…Adieu. »

Et elle se jeta dans La Vallée De La Mort. Elle allait rejoindre sa soeur, et celui qu’elle considérait comme son frère, auparavant… Non, même son père.

Laisser un commentaire

Gigapix |
Melo02 |
Clbrits77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Himiche1
| Jailesidaetalors
| Googleposition